AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Brésil et l'Allemagne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Le Brésil et l'Allemagne   Jeu 17 Oct - 18:30

Il faut dire qu'en France, associer ces deux pays n'est pas une évidence sauf pour le foot. Entre notre image rigoureuse de l'Allemagne et le côté festif du Brésil faite pour faire venir le touriste le lien n'est pas évident. Et pourtant la fête de la bière à Munich et l'Oktoberfest de Blumenau ont plus d'un point commun et d'un autre côté le sérieux de beaucoup de professionnels brésiliens.
Donc puisque l'actualité cinématographique y aide et mon dernier voyage à Berlin a été d'un grand intérêt je vais en dire quelques mots, mais ne cherchez pas de suite logique pour mes futurs messages.
Tout d'abord comme pour les "italiens", l'immigration vers le Brésil doit d'abord être vue dans les premiers temps comme des départs de personnes vivant dans des territoires non homogènes. Ces deux pays n'existaient pas au départ, ou avaient un poids des régions plus fort que celui de l'Etat central.

Donc au début du mois d'octobre est sorti en Allemagne un film de qui s'appelle "Die Andere Heimat". Celui-ci doit sortir dans quelques jours en France. Je me permet de recopier l'article paru dans "Le Monde" lorsqu'il avait été présenté à la Mostra de Venise.

"Die andere Heimat", premier choc de la Mostra

LE MONDE | 29.08.2013 à 11h54 • Mis à jour le 30.08.2013 à 11h46


Pour son soixante-dixième anniversaire, la Mostra de Venise, qui se tient du 28 août au 7 septembre, n'aura pas eu à attendre longtemps son premier choc cinématographique. Présenté hors compétition, mercredi, Die andere Heimat, d'Edgar Reitz, aurait pu prétendre à la distinction suprême si les sélectionneurs du festival n'avaient craint que sa longueur (3 h 50) ne rebute aussi bien le jury que les festivaliers.

Dommage ! C'était, enfin, l'occasion de couronner une œuvre sans équivalent dans toute l'histoire du cinéma. Un projet fou commencé au début des années 1980, à la télévision puis au cinéma.

L'idée de son promoteur – Edgar Reitz est né le 1er novembre 1932 à Morbach, en Allemagne – était au départ de proposer, sous la forme d'un feuilleton télévisé, la chronique de Schabbach, un petit village du Hunsrück, entre 1920 et 1945. Quinze heures quarante au total pour évoquer l'histoire de la famille Simon – Maria, l'épouse abandonnée par son mari en 1929, et ses fils Anton, Ernst et Hermann – durant l'entre-deux-guerres, le nazisme et la seconde guerre mondiale.

Diffusé à l'automne 1984 par la télévision allemande, ce feuilleton connut un succès considérable. A l'heure de sa programmation, de la mer Baltique à la Bavière, les rues se vidaient. L'Allemagne tout entière, à l'ouest comme à l'est, se passionnait pour les joies et les peines des gens de Schabbach (Stanley Kubrick a confié qu'il en était fan).

Heimat est un mot difficilement traduisible en français, qui renvoie à la fois à la notion de terre natale et à celle de patrie, au sens régional du terme. Dans l'esprit de son auteur, "Heimat 1, une chronique allemande" entendait mettre un terme à ce que l'historien Christian Meier appelait "la paralysie en quelque sorte hypnotique d'une grande partie de notre peuple à l'égard du passé nazi".

Deux autres "Heimat" allaient suivre. "Heimat 2, chronique d'une jeunesse" (25 h 32) dépeint les illusions des années 1960-1970 et la menace terroriste. "Heimat 3, chronique d'une époque" (10 h 58) commence le jour de la chute du mur de Berlin et s'achève en 2000 sur le constat pessimiste d'une jeunesse confrontée à un avenir pour le moins incertain. "Il ne semble pas y avoir d'échappatoire, expliquait alors Edgar Reitz dans un entretien au Monde. Le sentiment d'être inutile est si fort !"

Dans cette même interview, le réalisateur allemand disait être en train de finir un épilogue de deux heures et demie, manière pour lui, après vingt-cinq ans passés avec eux, de "prendre congé de ses personnages". "Il ne peut pas y avoir de fin d'"Heimat"" ajoutait-il ("Heimat 1" a obtenu le Prix de la critique internationale à la Mostra en 1984 ; "Heimat 2", le Prix spécial en 1992).

A Venise, les spectateurs ont eu la surprise de découvrir non pas la fin mais le tout début de cette histoire extraordinaire, en 1842. Comme la trilogie des "Heimat", Die andere Heimat, Chronik einer Sehnsucht (la traduction française du titre n'est pas encore arrêtée) nous conduit dans ces régions de la rive gauche du Rhin (Hunsrück, Palatinat, Rhénanie) conquises par Bonaparte en 1797 avant d'être intégrées au royaume de Prusse après le congrès de Vienne, en 1815.

A cette époque, Schabbach est un petit village. Ses habitants vivent chichement à l'écart du bruit de la ville. Parmi eux, le forgeron Simon, sa femme, Margarethe, ses deux fils, Jakob et Gustav, sa fille, Lena, qui a eu la malencontreuse idée, sur ces terres de protestantisme, d'épouser un catholique, un oncle un peu fou, une grand-mère...



CONTRAINTES SOCIALES IMPOSÉES PAR LE DESTIN

C'est une époque étrange où, dans ces zones rurales, sévissent famine et misère sociale ; où règnent en maîtres de petits nobliaux locaux, insupportables à force de privilèges exorbitants. Cependant, depuis 1815, la scolarité est devenue obligatoire et de nombreux jeunes ont appris à lire. Gustav en particulier, au grand dam de son père, est un lecteur insatiable. Sans jamais avoir quitté son village, il connaît le monde comme sa poche. Mieux, il a appris de nombreuses langues étrangères, en particulier certains dialectes des Indiens d'Amazonie. Il lit, et il rêve. D'évasion, de liberté. Du Nouveau Monde. Un jour, il en est sûr, il partira. Comme des milliers de ses compatriotes qui ont fait le choix de tout quitter pour partir s'installer au Brésil. C'est cela que raconte Die andere Heimat : ce rêve d'une autre vie ; cette capacité de l'homme à se déterminer en fonction de ses utopies, à se libérer des contraintes sociales imposées par le destin.

Tourné en noir et blanc (avec quelques impressions de couleur très réussies) – l'image, signée Gernot Roll, est sublime –, "Heimat 4" est à la fois une immense fresque scindée en deux parties – "Chronique d'un rêve" et "L'Exode" – et une bouleversante histoire d'amour. Si l'on devait trouver un pendant littéraire à ce film, ce serait quelque part du côté des Buddenbrook, de Thomas Mann.

Tourné en Cinémascope à l'aide de grands-angles qui ne cessent d'évoquer la rotondité de la Terre, alternant des gros plans à la Dreyer et d'autres, plus larges, qui rappellent certains grands films russes ou américains, c'est un film lumineux. Rarement au cinéma, la lumière a été à ce point comptable de l'histoire qui se déroule devant nos yeux. Tout fait sens, une simple bougie comme un clair de lune ; ici, tout est vrai, sans artifice – grâce soit rendue à la caméra Alexa Studio de chez Arri et à son incroyable sensibilité à la lumière !

L'esprit des Lumières semble d'ailleurs planer au-dessus de ce film à bien des égards rousseauiste. "C'est le diable qui a inventé toutes les religions, car elles n'apportent que la discorde dans le monde", assure Walter, le gendre catholique. Quant à Jakob, précurseur à sa manière de Claude Lévi-Strauss, il ne peut s'empêcher de dire à la belle Jettchen lorsqu'elle pose son bras sur son épaule : "Les Indiens ne font pas ça." Esprit universel, utopiste, il fera in fine le choix ultime de rester à Schabbach, près des siens.

Jan Dieter Schneider, qui interprète le rôle de Jakob, est bouleversant d'intelligence et de sensibilité. En l'écoutant, en croisant son regard halluciné et ô combien humain, on se prend à rêver ; à espérer, un jour, comme lui, arriver à voler. Au Brésil ou en Allemagne, habité par l'idée que la science peut changer le monde – le grand savant Alexander von Humboldt, interprété par Werner Herzog, ne lui a-t-il pas rendu hommage dans une lettre très élogieuse ? –, on souhaite ardemment qu'il parvienne enfin à croiser les chemins de la liberté.


J'avais regardé les différents épisodes de cette très longue et passionnante chronique sur Arte et j'espère pouvoir voir le film à mon retour en France.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Le Brésil et l'Allemagne   Jeu 17 Oct - 19:07

Pour ceux qui ne maitrisent pas complètement la langue allemande Very Happy .





http://www.dailymotion.com/video/x15z96n_heimat-edgar-reitz-realisateur-en-interview_shortfilms
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Le Brésil et l'Allemagne   Jeu 20 Fév - 1:43

Je n'ai jamais cru au "chef d'œuvre" plutôt aux rencontres possibles entre un réalisateur et un public. Et dans ce cadre, ce film que l'on pouvait voir en deux parties m'a profondément bouleversé comme j'ai pu l'entendre aussi lors de réactions spontanées entre spectateurs.
J'avais vu la première partie avant mon séjour en novembre à Sao Paulo et comme la deuxième partie était programmée pendant mon séjour là bas, je me disais que peut être j'attendrais la sortie en DVD pour en connaitre la fin. Mais non le festival Télérama m'a permis de la connaitre fin en janvier.
Ceci devait être pour moi une sorte de marathon de films à réaliser, mais en sortant de la salle je me suis dit, reste en là. Et j'ai été comme poursuivi par les images et certains dialogues pendant plusieurs jours.
D'une idée, d'allemands partis là bas avec plus de facilités que d'autres, j'ai pu comprendre par les lettres envoyées par ces nouveaux arrivants comment ce "Paradis" avait été durement gagné.
Certes il n'étaient pas Esclaves, mais la misère ne laisse que peu d'alternatives pour essayer de s'en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Le Brésil et l'Allemagne   Jeu 20 Fév - 2:13

Certes l'Allemagne  a une frontière, mais les personnes s'exprimant dans cette langue vivent aussi dans d'autres pays comme la Suisse même s'il s'agit aussi de "Hochdeutsch".
Trouvé ce lien par hasard car j'apprécie énormément Reinhard Mey. En plus il s'exprime composait et chantait dans un français parfait ( il ne fait plus de concerts en France depuis 30 ans je crois).
Dans la deuxième partie il présente un très grand guitariste brésilien José Barrense Dias dans cette "chansonnade"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Brésil et l'Allemagne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Brésil et l'Allemagne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TV Allemagne] Le groupe aux émissions "Schlag den Raab" et "Wetten, dass..."
» La fanfare du 6e RG au festival musikparade en Allemagne
» [TV Allemagne] Le piercing au nez de Bill - RTL II News 20/07/2010
» [Allemagne] L'arrêt de bus détruit va être reconstruit
» [Allemagne] TH obtient l'award "Walk of Fame" pour Oberhausen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du Brésil :: Autres sujets :: Autres sujets-
Sauter vers: