AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mer 9 Juin - 19:49

Même si je ne sais pas quand je remettrais les pieds dans cette ville, je suis toujours attaché à cette ville et il n'y a pas de semaines où je n'ai de nouvelles de personnes y habitant.
Je crois que mon attachement est d'autant plus fort qu'il est dur à définir, car ce n'est pas une ville dont les beautés sont évidentes et qu'elle a en même temps tout pour faire fuir si l'on est confronté à certaines de ses affreuses réalités.
Régulièrement je lis avec attention le mensuel publié sur internet " Visions Brésil" créé par un journaliste suisse et découvert grâce à ce site.
Parmi tous les sujets traités, un m'a particulièrement touché. Il est la création de vidéastes paulistanos qui parlent poétiquement du quotidien de leur ville.

Il s'appelle " Cinema de Rua"

Parmi toutes leurs créations : mon coup de coeur. Leurs sujet sur la Virada Cultural.

http://www.lepetitjournal.com/sortir-saopaulo/divertissement-saopaulo/55740-sao-paulo-divertissement-cinema-rua-court-metrage-films.html


Dernière édition par zanzibar le Mar 16 Avr - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvio
Grand maître
avatar

Nombre de messages : 6562
Age : 57
Localisation : Mexico - Mexique
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Jeu 15 Sep - 2:25


Avenida 23 de maio em São Paulo


Je suis un adepte inconditionnel
de la poésie urbaine et si concrète
de São Paulo.

Je me suis perdu dans cette ville
Comme nulle part ailleurs
- et ça fait du bien -
Et je m'y suis retrouvé aussi
Comme nulle part ailleurs
- et c'est bon aussi -
Les quatre années où j'ai eu le bonheur
De me fondre dans son paysage
Et d'y vivre intensément au quotidien.

Les beautés de cette ville ne sont pas évidentes
C'est vrai, car la vie qu'on y mène est trépidante
Mais j'entends encore les battements de mon coeur
Quand je passais chaque soir sous le Minhocão
Pour rejoindre l'Avenue 23 de Maio puis Vila Mariana
Où je vivais alors au plus près du bonheur possible.

São Paulo est une forêt de pierre
aussi dense et sauvage que peut l'être
la forêt amazonienne si impénétrable.
Ses avenues de six voies sont ses fleuves
et rien n'arrête ses crues quand la pluie
déborde dans ses tunnels submergés.

Zeca Baleiro
Mais um dia cinza em São Paulo
(Encore un jour gris à São Paulo)
http://www.youtube.com/watch?v=UpkWAFAne2Q



O elevado Costa e Silva (o Minhocão)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvio
Grand maître
avatar

Nombre de messages : 6562
Age : 57
Localisation : Mexico - Mexique
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mer 21 Sep - 0:55

"Longtemps, j'ai cru que São Paulo n'était pas une ville mais une banlieue.
Je cherchais la ville. Je ne la trouvais jamais. Elle se retirait à mesure que je m'en approchais.
Elle était absente ou invisible, pareille à un gros mirage.
Elle était comme le château de Kafka.
En fuite."

Gilles Lapouge

Amanhecendo
Billy Blanco
http://www.youtube.com/watch?v=JTmdVFEHyas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charles
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3202
Date d'inscription : 06/11/2006

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Sam 8 Oct - 0:22

Silvio a écrit:

Avenida 23 de maio em São Paulo


Je suis un adepte inconditionnel
de la poésie urbaine et si concrète
de São Paulo...


Peut-être Silvio, quand tu repasseras, apprécieras-tu cette ballade surprenante ! Wink


Une bout de vie de Sao Paulo, sous la flotte, en compagnie d'un musicien expérimental.

M.Takara, c'est son nom, nous ballade au son de ses déflagrations électroniques, d'un cireur de chaussure à un couloir d'immeuble, perché haut dans la nuit paulista.
C'est remarquablement bien filmé par le français Vincent Moon, qui se ballade sur la planète pour nous ramener parfois des témoignages musicaux insolites.

http://vimeo.com/28744523


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mer 15 Fév - 17:20

Une de mes nièces vivant actuellement au Japon, je lui parle d´une grande spécificité de São Paulo, c´est à dire des liens de cette ville et de cet Etat avec la culture de ce pays importée puis mariée aux autres existantes.
Je ne suis encore jamais allé à cette fête. Ce sera peut être pour cette année, qui sait. A rechercher aussi, si beaucoup de bresiliano- japonais venaient de cette région d´Okinawa. Sinon je ne connais pas le nom de cette chanteuse. Peut être quelqu´un le sait- il ?

http://youtu.be/B17vTGETnR8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mer 15 Fév - 19:31

Bon je demande que le correcteur des bêtises de mes messages intervienne. Oui c´est un chanteur et non une chanteuse. Lui ou le groupe s´appelle Begin.

Comme vidéos je voudrais aussi changer pour en montrer deux en langue japonaise à la place. Celle-ci étant majoritaire en nombre de locuteurs ici Very Happy .
La première montre le groupe á la découverte de São Paulo, de leur mémoire commune et la rencontre avec des descendants des premiers immigrés.
La seconde un morceau de concert avec la communauté bresiliano- japonaise. Leur côté démonstratif avec en héritage une éducation du respect dans le comportement comme spectateurs.
Et si le Bresil est si divers, il le doit aussi à des prépondérances d´immigrations plus marquées que d´autres suivant ses Etats. C´est pourquoi un participant de ce site, ne peut pas avoir le même vécu si il est á Bahia ou à Porto Alegre.

http://youtu.be/JVD3f3u30_c

http://youtu.be/1VyI5K_v-gE



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mer 4 Avr - 1:57

Donc tourné sur un des seuls lieux livré à la marche et aux cyclistes le dimanche, dans le "vieux" centre ville, une chanson de Thiago Pethit.
Ou comment embellir du béton et des fils barbelés par un calme éphémère avec des gens qui ne veulent que des plaisirs simples.

http://youtu.be/zoDaGtl0GZE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvio
Grand maître
avatar

Nombre de messages : 6562
Age : 57
Localisation : Mexico - Mexique
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mer 16 Mai - 8:05


Blaise Cendrars

Saint-Paul

J’adore cette ville
Saint-Paul est selon mon cœur
Ici nulle tradition
Aucun préjugé
Ni ancien ni moderne
Seuls comptent cet appétit furieux cette confiance absolue
cet optimisme cette audace ce travail
ce labeur cette spéculation
qui font construire dix maisons par heure de tous styles ridicules grotesques beaux
grands petits nord sud égyptien yankee cubiste
Sans autre préoccupation que de suivre les statistiques
prévoir l’avenir le confort l’utilité la plus-value et d’attirer une grosse immigration
Tous les pays
Tous les peuples
J’aime ça

Les deux trois vieilles maisons portugaises qui restent sont
des faïences bleues

Blaise Cendrars
Feuilles de route (1924).


Tarsila do Amaral. São Paulo (1924)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mer 11 Juil - 1:12

Je n'imaginais pas parler de ce sujet ici, car je ne pensais pas qu'il serait relatée en France. Tout à l'heure entre le récit de deux crimes, hélas ils ont l'embarras du choix, sur une chaine dédiée aux informations violentes, un sujet sur un couple dont je n'aurais pas eu l'honnêteté si ma vie aurait été identique à la leur.


Pauvres et honnêtes, l'argent ne fait pas le bonheur
Créé le 10-07-2012 à 19h18 - Mis à jour à 20h00
Le Nouvel Observateur avec AFP
Par Le Nouvel Observateur avec AFP
"Ma mère m'a appris à ne pas voler" a déclaré un SDF brésilien qui a trouvé 10.000 dollars dans la rue. Une éducation en or.
Mots-clés : Butin, Brésil, Dollars, reais, SDF, Police
PARTAGER
RÉAGIR0
Abonnez-vous au
Nouvel Observateur

Pauvres et honnêtes, l'argent ne fait pas le bonheur (SINTESI/SIPA)
Pauvres et honnêtes, l'argent ne fait pas le bonheur (SINTESI/SIPA)

Que fait toute personne raisonnable qui trouve 10.000 dollars en liquide dans la rue ? Elle le rapporte à la police bien sûr. Un couple brésilien qui vit sous les ponts à Sao Paulo, la mégapole du Brésil, a ramassé lundi 9 juillet 20.000 reais (dix mille dollars) dans un sac poubelle sur un trottoir et les a remis à la police, a indiqué une source policière.

Le couple déambulait à l'aube dans les rues quand il a entendu sonner une alarme et s'est approché pour voir de quoi il s'agissait. Découvrant une mallette et un sac poubelle rempli d'enveloppes avec de l'argent, il a demandé à un vigile d'une entreprise à proximité d'appeler la police.
"Quand nous sommes arrivés les SDF nous ont remis l'argent. Il pourrait s'agir de l'argent volé la semaine dernière dans un restaurant japonais", a dit un porte-parole de la police militaire, Bruno dos Santos, au site G1 de Globo.

Le montant du butin s'élevait à 20.000 reais (10.000 dollars), 17.000 reias en billets et le reste en pièces de monnaie.

"Ces gens qui sont dans le besoin auraient pu s'enfuir avec l'argent mais ils ont appelé la police", a dit incrédule dos Santos.

Jesus Silva Santos, l'homme qui a trouvé l'argent, a dit à la presse qu'il gagnait un peu plus de 7 dollars par jour à recycler des ordures.

"Ma mère m'a appris à ne pas voler", a dit Jesus dos Santos qui vit avec sa femme sous un pont de cette ville de dix-huit millions d'habitants.


Ce que ne dit pas la dépêche, c'est que le restaurateur qui est d'origine japonaise a décidé de lui donner du travail. Je pense que c'est sans risques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robinson
Maître
avatar

Nombre de messages : 1112
Age : 56
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mer 11 Juil - 9:29

Quand on est honnête à ce point, qu'on ne s'étonne pas de finir SDF Twisted Evil (autrement dit, ça n'est pas Bouygues qui risquerait de coucher sous les ponts)

(Tant qu'il est encore en ligne, voici l'article en question du Nouvel Observateur.)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/view_play_list?p=B5E76F6B94377FBB
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mer 11 Juil - 22:33

Il y a des jours où je me demande ce que vient faire Sao Paulo et plus largement le sud dans le Brésil. Même si ce fut dur pour eux, les nordestins permettent de mieux lier ce grand centre économique avec les autres Etats.
Donc que fêtait on hier. Les officiels le 80 ème anniversaire de la Révolution Constitutionaliste ( il faudra que je m'intéresse au sujet car je n'ai pas compris le pourquoi du comment de l'acceptation de cette commémoration au niveau fédéral), mais de façon beaucoup plus large : c'était je jour officiel de la Pizza, évènement créé en 1985 dont le succès ne va qu'en s'amplifiant.

Tiens je ne sais pas si il y a un jour officiel de la Fejoada.

Et que ce soit Metro ou Destak on célèbre cet évènement avec l'importance qu'il mérite.
3 pages de publicité sur 4 pour nous faire saliver en regardant les déesses de l'évènement . Sont mises à l'honneur
La pizza calabresa, la pizza marguerita, la meio a meio frango com catupiry et mussarela, la receita do nonno et pour finir la formaggi speciali. Et chez Walmart on peut se régaler à des prix exceptionnels pendant 7 jours.
Le concurrent "Carrefour" lui offrait 10% de réduction sur toutes les variétés, mais avec une star en présentation : la "Pizza calabresa" qui semblerait donc être la reine du marché.
Destak nous fait en plus une page complète d'information qui permet de savoir que ce n'est pas une invention italienne mais égyptienne.
Mais pour la créativité rien ne remplacera les paulistanos qui avec leur environ un million d'unités produites par jour, vous la font entre autre à la portugaise ( bacalhau) , abobrinha, rucula ( salade locale), berinjela e até chocolate.
Je passe pour un mauvais gastronome, car je ne sais pas faire comme les locaux : admirer toute la richesse de leur patrimoine en forme de disque. Et qui ne connait pas Sao Paulo, doit savoir qu'en manger, ça se commente comme une dégustation de bon vin.

Si vous passez par ici, Pizza Hut vous la fait à moins 50 % pendant une semaine. Il va surement y avoir des files d'attente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charles
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3202
Date d'inscription : 06/11/2006

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mer 11 Juil - 22:59

C'est peut-être un préjugé, mais de ce que j'ai vu de la pizza au Brésil, ça ne me donne pas spécialement envie. Rolling Eyes Et surtout pas la calabraise ! Evil or Very Mad Avec ces saucisses très utilisé aussi bien en amuse gueule que dans les préparations tapioca, etc ..
Ceci-dit je n'ai rien contre la pizza ! J'aime beaucoup personnellement ..
Mais franchement en tant que touriste, avec l'incroyable richesse gastronomique du pays, c'est le dernier truc que j'aurais envie de manger ! Lol


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charles
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3202
Date d'inscription : 06/11/2006

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mer 11 Juil - 23:03

Ah si, par contre, j'adore l'expression "acabar em pizza" ! Lol

Et la pizza qui vole au milieu de la bagarre, dans la chanson d'Adorinan Barbosa Lol Lol
( et qui fait bien marrer Elis Regina ! )

Elis Regina & Adoniran Barbosa Um Samba no Bixiga

Lol Lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvio
Grand maître
avatar

Nombre de messages : 6562
Age : 57
Localisation : Mexico - Mexique
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Sam 14 Juil - 6:03

charles a écrit:
Ah si, par contre, j'adore l'expression "acabar em pizza" ! Lol

En français, selon le contexte,
je traduirais bien par:
- finir en eau de boudin
- se terminer en queue de poisson
- arriver dans une impasse
- finir sur un point d'interrogation
- n'aboutir nulle part
- finir dans la confusion, le bazar, le souk
etc.

Vous avez mieux?
Lol

Quant aux pizzas de São Paulo
je n'ai aucun doute à ce sujet
après les italiennes (pâte fine)
ce sont les meilleures du monde
pour les amateurs de pâte épaisse
surtout celles dont les bords
sont farcies de catupiry
qui dégouline
comme confiture
de la tartine
Lol


Pizza com borda recheada de Catupiry


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charles
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3202
Date d'inscription : 06/11/2006

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Dim 17 Mar - 2:36

Le quartier de Bixiga, serait-ce un bon quartier pour séjourner à Sao Paulo ? Rolling Eyes

( ou plutôt le quartier de Bela Vista puisque le Bixiga, cet ancien quartier d'immigration italienne cher au coeur d'Adorinan Barbosa, semble en faire partie ... )

J'envisage peut-être une petite visite à Sao Paulo lors d'un prochain voyage au Brésil, alors je m'informe .. Wink

Les guides genre Le Routard ne semblent connaître que le Centro comme quartier d'hébergement ( mais qui doit être bien craignos le soir Rolling Eyes ) ou Vila Madalena ( mais qui parait assez bobo .. )

J'aimerais un quartier populaire, avec de l'animation de jour et de nuit, des marchés .. pas trop craignos mais pas trop branchouille non plus ... Lol
Et assez près du métro et pas trop loin en taxi des principales salles de concerts ( genre Sesc Pinheiros, Sesc Pompeia .. Lol ). Si quelqu'un a des plans ! Wink



Bixiga
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvio
Grand maître
avatar

Nombre de messages : 6562
Age : 57
Localisation : Mexico - Mexique
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Lun 18 Mar - 1:20

La ville est si grande!
Shocked

Je te conseillerais bien le quartier de Vila Mariana
à portée de tout si tu n'es pas trop loin du métro
sur la ligne 1 autour des stations Liberdade, São Joaquim, Vergueiro, Paraiso, Ana Rosa, Vila Mariana
Lol

Le SESC Vila Mariana n'est pas loin
les rues Vergueiro et Joaquim Tavora
pourront te servir de point de repère
Lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mar 16 Avr - 18:21

Bon ce n'est pas permis à tout le monde, mais voici une technique pour faire partie des lieux. Promenez vous avec un chien ( si possible jeune et affectueux).
Mon compagnon les adore, alors que moi je les préfère chez les autres, Un jour, il a choisi de faire l'acquisition d'un Golden Retriever mais à cause de son travail, en fin de compte je suis vu comme son maitre la plupart du temps.
Et là je ne vous dit pas comme vous trouvez comme les gens sont adorables ( ou presque). Souvent le français est assez réservé, alors que sur place le brésilien ( ou surtout la brésilienne) montre tout de suite ses sentiments ou a un mot flatteur.
Donc vous trouvez plein de gens attendris qui sont là pour vous demander l'autorisation de le toucher. Et d'un seul coup vous êtes le roi du monde.
Bien entendu, il faut faire l'acquisition d'un peu de vocabulaire. Le plus important outre son âge c'est d'indiquer si c'est un mâle ou une femelle.
Faites attention aux faux amis. Le mot "bravo" ne veut pas dire que c'est un brave chien, mais qu'il peut se montrer agressif.
Comme un prénom français lui a été choisi, la plupart des gens veulent le répéter avec justesse. Et c'est tout juste en nous quittant si ils ne se sentent pas un peu français.
Un danger on ne dit pas "cabot" pour rien, le chien prend goût à son succès et vous attire vers les endroits les plus fréquentés. Pour moi c'est l'avenida Paulista et certains jours je tirais la laisse vers des endroits plus tranquilles.
Une remarque. Les paulistanos sont d'une propreté exemplaire. Donc toujours se promener avec du matériel pour éviter que celle ville ne ressemble à Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charles
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3202
Date d'inscription : 06/11/2006

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Mer 17 Avr - 1:09

Amusante ton histoire Zanzibar ! Cool

ça n'a rien à voir, mais ça me fait penser à quelque chose ..

A Ipanema ( ou Leblon je sais plus ), j'avais découvert un petit boulot que j'ignorais !

Le promeneur de chiens !
ça n'a pas l'air un job de tout repos, arnachés à six ou sept clébards ( plutôt de petite ou moyenne taille, et de pédigrée ).
Ceux que j'ai vu marchaient à toute allure, ils prenaient pas comme toi le temps de discuter ! Lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   Ven 7 Juin - 16:08

Lorsque j'ai quitté la dernière fois Sao Paulo, je me suis demandé quelles étaient à mes yeux, les personnes qui représentaient le mieux cette ville ( sans doute beaucoup d'autres mais je ne connais que celle-ci correctement).
Résultat : les livreurs de grosses bonbonnes d'eau en vélo, ceux de pizza qui arrivent dans n'importe quelles conditions météorologiques et les employées de maison ( dans la tête de beaucoup de brésiliens "les bonnes").

Si j'étais né dans ce pays dans la classe moyenne ou supérieure, j'aurais sans doute regardé ces personnes avec indifférence comme une évidence du minimum de services à avoir à domicile. Avec toutes les nuances existantes.
De l'employée qui vient une journée à celle qui fait "partie" de la famille et que l'on peut situer sur les plans de tous les appartements de standing.
Presque toujours une petite pièce proche de celle réservée à l'entretien avec sa petite salle de bains.
Mieux qu'en France ( surtout Paris) où ces chambres situées au dernier étage possédaient seulement des "commodités" communes.

Bien entendu j'avais posé quelques questions à mon compagnon sur leur statut. Et c'est là que j'avais appris que la plupart du temps elles n'étaient pas déclarées. L'employeur leur laissant payer elles même leurs charges sociales. Vous pouvez imaginer la réalité des faits, où même si la plupart du temps elles ne sont forcément les personnes les moins bien payées, vivre avec ce revenu est très difficile dans une ville comme Sao Paulo.
Surtout si l'on doit ajouter que beaucoup ont une ou deux heures de trajet pour se rendre sur leur lieu de travail.

J'avais également appris que jusque dans les années 60, elles ne pouvaient utiliser que l'ascenseur de service. D'ailleurs comme français j'avais du connaitre les règles d'utilisation de l'ascenseur social où me retrouver avec mon sac poubelles était sujet à amende, de même que remonter avec le chien.
Et ceux qui pensent que le Brésil est laxiste sur le sujet se trompent complètement. Il y a de grands cahiers de réclamations à l'accueil où l'on peut porter à la connaissance du syndic ses doléances. Et contrairement à la France où cette personne est extérieure à la copropriété, il s'agit d'un ou d'une résidente du condominio ( qui en contrepartie ne paye souvent pas de charges collectives) et les actions sont rapides. Non il n'y a pas de pilori pour les contrevenants Evil or Very Mad .

Me restera donc toujours cette image : celles de toutes ces femmes nettoyant avec application les grandes baies vitrées dans la rue d'en face, souvent en uniforme. Pour la propreté on ne rigole pas au Brésil.
Il est d'ailleurs intéressant de constater que dans presque toutes les télénovelas elles sont présentes. Et pour les actrices métissées ou noires, un rôle où elles sont assez peu concurrencées
par les blondes.

Ce monde traditionnel dans un univers contemporain va changer encore plus rapidement car depuis quelques mois la législation évolue : soit il faudra se mettre aux taches ménagères, soit prévoir un budget plus important ou ouvrir plus largement les portes aux étrangères ( je pense surtout aux boliviennes).
Il y avait un article bien documenté dans le Figaro mais non consultable en ligne. J'ai trouvé celui ci dans "La croix".




Le pays compte plus de 6 millions d’employées de maison, ce qui en fait, selon l’Organisation internationale du travail, le champion du travail domestique

Les premières dispositions de la loi adoptée le 26 mars à Brasilia sont entrées en vigueur mardi 2 avril. Employés de maisons, chauffeurs ou encore gardiens ne pourront pas travailler plus de huit heures par jour et plus de 44 heures par semaine. Le travail domestique accède enfin aux droits dont bénéficient les autres secteurs.
Des droits comme les autres

À l’initiative de Benedita da Silva, première sénatrice noire de l’histoire du pays et aujourd’hui députée du Parti des Travailleurs (PT), une loi change désormais le quotidien des domestiques au Brésil. Une durée du travail légale est en effet prévue, par jour et par semaine, à condition toutefois de travailler au moins trois jours par semaine. Les heures supplémentaires sont majorées de 50 %, et un salaire différent régule le travail de nuit. Pour Eliana Menezes, présidente du syndicat des domestiques de São Paulo, il s’agit de « la seconde abolition de l’esclavage » de l’histoire du géant d’Amérique du Sud, après celle – très tardive – de 1888.
Premier pays d’emploi domestique

Cette comparaison est d’autant plus pertinente que la majorité des domestiques au Brésil sont des femmes noires, issues le plus souvent des régions les plus pauvres du pays, le Nord et le Nordeste. Un phénomène qui remonte aux origines du pays, et qui explique qu’avec 6,1 millions d’employées de maison – soit 15 % des femmes actives du pays – le pays soit le champion mondial du travail domestique. Néanmoins, l’essor de l’économie brésilienne depuis le début des années 2000 a changé les rapports de force, de plus en plus de domestiques se tournant vers d’autres professions mieux rémunérées et mieux considérées, notamment au sein des entreprises (standardistes, etc..).
Risque de travail au noir

Cette nouvelle loi rétablira peut-être l’équilibre entre l’offre et la demande, même si certains dénoncent déjà les effets pervers de ce texte : d’une part, un surcoût de 10 % à 15 % pour les classes moyennes, sans possibilité par exemple de trouver une place en crèche pour les enfants ; d’autre part, une hausse du travail au noir, pour contourner la nouvelle loi.

GILLES BIASSETTE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sao Paulo, ma porte entr'ouverte sur le Brésil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TER : Porte d'entrée, fan service, ou les deux ?
» portes ouvertes chez monsieur Romont luthier de son etat
» Les porte-clés en tous genres
» Invitation atelier portes ouvertes Rennes
» salon rétromobile porte de versailles, paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du Brésil :: Autres sujets :: Autres sujets-
Sauter vers: