AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Juliette Noureddine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Juliette Noureddine   Ven 20 Juin - 17:52

Bon moi Juliette sur scene, c est mon absolu.

Comme c est une presque inconditionnelle de Caetano Veloso que pourrais je lui reprocher. Dans son dernier album elle reprend elle aussi un titre interprete par lui - Fina estampa

Juste pour dire aussi qu il y a des heritiers ( hereditairement et financierement parlant), d un immense artiste bresilien, frileux au possible, qui lui ont refuse que cette adaptation figure sur son dernier CD .

Elle l interprete sur scene et c est totalement fantastique. Une autre fois j ecrirais le texte qu elle a fait a partir de cette musique.

Je ne devrais pas le dire mais je l ai filme et ca a beaucoup plu a mes amis bresiliens, qui ont beaucoup ri et ont trouve que sa vision du monde etait tres fine, meme si les accessoires principaux utilises etaient des sacs plastiques remplis dans un caddie qui se promene dans un super marche.



COPIE DE LA PRESENTATION DE L ALBUM AVANT DISPARITION DU TITRE

Juliette décidément possède l’art de prolonger les festins discographiques. Habillée comme elle se doit, elle nous revient rutilante de ses plus beaux « bijoux et babioles », titre iconoclaste s’il en est de son nouveau disque qui ressemble à un vrai feu d’artifice de sons et de sens pétillants. Arrangées et orchestrées comme des opéras de poche où chœurs et cuivres font briller l’ouvrage.
Juliette indépendantiste du music hall, Louise Michel du spectacle, fait ici des merveilles en prenant à bras-le-corps le territoire de ses émotions pour mieux le restituer en 12 chansons rondes et généreuses comme les femmes de Botero.
Juliette n’a de cesse de nous faire entrer dans son pays des merveilles où l’humour, le cocasse, la fantaisie et la gravité se catapultent dans une orgie d’orchestrations en couleurs exclusivement. Exubérance, enluminure, réalisme et sobriété font le miel musical de la source toujours jaillissante de la diva déviante d’une chanson hexagonale qui, avec elle, ne perd plus son latin depuis « Mutadis Mutandis ».
C’est encore le cas ici. Des chansons aussi poétiques que ce magnétique « Tu ronfles », fantaisie harmonique murmurée d’une voix alanguie dans un demi-soupir, qui rend justice de façon presque animale à l’homme qui soupire à la nuit comme il respire.
Honneur à ce charmant chahut nocturne qui vaut bien tous les silences qui prennent racine dans un lit de solitude. Juliette est une fille qui en a dans le gosier. Des vérités pas toujours bonnes à dire mais si réjouissantes à chanter.
« Casseroles et faussets » rend hommage à toutes celles et tous ceux qui ont toujours pensé sans jamais oser le dire que le gène de la justesse vocale n’est pas forcément celui de l’ambition qui parfois mène tout droit au péage de la FM…
Ainsi file cet album hallucinant, à toute vitesse, renouant une fois de plus avec la latinité qui sommeille en cette Juliette qui elle a trouvé le Pérou et qui, éprise de guitares aux cordes pincées par la beauté de ces mélodies morsures ensoleillées, nous révèle Chabuca Granda, auteuse compositrice qui nous fait prendre du même coup les trompettes mexicaines pour des péruviennes.
Madame Juliette est une patronne qui sait ardemment faire vivre son péplum musical. D’une voix abyssale, elle sort sa griffe plumitive pour nous conter l’histoire de « La jeune fille et le tigre », les feux de Bengale en arrangement, l’ogresse se trouve bien jalouse d’être seule dans son cirque musical.
Vous allez rire, mais Juliette sait aussi faire pleurer sans user jusqu’à la corde du pathos qui fait en général que les femmes qui chantent se doivent toutes d’ouvrir les vannes des rivières de larmes avec facilité.
« Aller sans retour » est une sorte de petit chef d’œuvre avec pour seul argument l’émotion que peut engendrer la tragédie de l’exil.
Et que dire de l’enchaînement bien trouvé avec une reprise cousue main de
« Tyrolienne haineuse » que l’on doit à Pierre Dac qui, en 1942, dans une France traversée par l’exode et le comptage méticuleux des Juifs de France, commençait à faire son facétieux dans les émissions de la France Libre. Juliette enchaîne au siècle suivant par une même complainte cuisinée sur basse hip hop, assaisonnée par une guitare électrique et par un fabulous « hymne à la joie » pour faire passer la pilule de ce constat immarcescible.
C’était bien de le redire comme de relire « Les eaux de mars », original brésilien de Tom Jobim, devenu par la grâce de l’inspiration de la citoyenne éprise du fracas du monde une sorte de constat implacable de ce que l’écologie peut provoquer comme dérisoire cynisme dès lors que Nicolas Hulot en devient l’incarnation à travers un gel douche. Allez, « bon débarras »… Juliette l’interprète chante ici comme jamais, portée par une flûte traversière qui traverse un état des lieux que l’on ne pouvait imaginer s’écrire en poésie. Oncle Nougaro doit bien se gondoler au paradis des ténors d’écouter la jeune fille un peu castafiore chanter cette fois en demi-teinte.
Juliette retrouve l’enfance de l’art dans ses yeux de petite fille renaissante et se laisse étreindre par une nostalgie frissonnante pour
« La petite boîte en fer blanc ». « Going back to her roots »,
Juliette chante avec l’accent pour renouer avec la valse, l’accordéon et le vieux toulousain de son ô pais, à la recherche désespérément de la virgule… C’est tout elle, de même lorsqu’elle se laisse offrir par son ancien Roméo, duettiste de l’album précédent François Morel, une petite chanson « Lapins » qui offre une résurrection intelligente à la chanson fantaisiste. Le dernier disque de Juliette un grand cru!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Ven 20 Juin - 18:27

J'ignorais totalement qu'elle adorait Caetano Veloso ! ravi de l'apprendre...

En tant qu'amateur éclairé de chanson française (visiblement !), tu connais peut être la reprise d'une chanson de Caetano par Guidoni car j'en ai parlé plusieurs fois ici (et sur mon blog). Juliette se rattache aussi beaucoup à l'univers étrange et à l'humour noir d'un Guidoni, bien qu'elle incarne une face plus gargantuesque, "hénaurme" voire pas si éloignée d'un Boby Lapointe !

Mon disque préféré de Juliette reste celui ci :



(je dois avoir tous ses 1ers albums...)


Dernière édition par kfigaro le Ven 20 Juin - 18:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Ven 20 Juin - 18:33

Les vieux posts sur Juliette peuvent se lire ici :
http://bossa-nova.forumactif.com/le-coin-detente-f10/jean-guidoni-juliette-t27.htm#5378

les plus récents viendront par contre sur le topic dédié !
Revenir en haut Aller en bas
Christian
Grand maître
avatar

Nombre de messages : 1686
Age : 55
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Ven 20 Juin - 20:12

Et oui, encore une toulousaine !

J'aime bien ce que fait Juliette. Moins étrange que Guidoni, non ? Moins cabaret, plus "chanson française".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Ven 20 Juin - 23:00

Christian a écrit:
Moins étrange que Guidoni, non ? Moins cabaret, plus "chanson française".
C'est clair ! c'est nettement moins tordu et "baroque" que Guidoni...
Revenir en haut Aller en bas
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Lun 23 Juin - 1:27

Pour Juliette, mon histoire discographique avait tres mal commence avec elle.

J avais du l entendre une fois a la television, bien qu elle n y passe pas trop souvent, et je l avais trouvee un peu trop donneuse de lecon.
J avais du ecouter son album -Irresistible- . Je l avais trouve tres bien mais il ne me touchait pas vraiment. Il faut dire que clairement mais betement je le comparais avec ce que faisait Jean Guidoni.

Et oui j avais decouvert cet immense artiste quelques annees auparavant lors d une de ses prestations dans - Crime passionnel - qui m avait enthousiame comme tous les spectateurs presents.
Donc entre voir Jean Guidoni et ecouter Juliette j avais fait un choix tres rapide.
Et ceci a dure tres longtemps. Puisque mon enthousiasme est ne lorsque je l ai vu dans son dernier spectacle - Mutatis Mutandis -
Bon j ai un peu ratrappe l affaire en le voyant 7 fois. Donc je n ai plus eu qu a pleurer sur toutes les merveilles qu elle avait du faire avant.

Je me rattrapais aussi en ecoutant son emission sur France Musique, ou a partir d un theme elle construisait a partir de chansons et de musique du monde entier ( choisi dans ses coups de coeur) une histoire musicale. Et avec de nombreuses ecoutes de Caetano Veloso entre autres.
Bon elle admire aussi Astor Piazzola puisque avec humour elle dit au debut de l interpretation d une de ses chansons qu elle a appris le piano avec lui, puis en se reprenant en ecoutant ses disques.
Au niveau feminin c est une presque inconditionnelle d Amalia Rodrigues.

Pour en revenir au Bresil, elle reve d y chanter. C est pas une blague, j ai meme une mini video ou elle le declare, lorsque je l interrogais suite au duo qu elle avait fait en compagnie d Adamo sur une chanson de Trenet - Le soleil a rendez vous avec la Lune.

Donc si il y a parmi les lecteurs, un producteur bresilien qui veut la faire decouvrir, elle est d accord.

Et puis pour 2009, annee de la France au Bresil, c est aussi souhaitable qu une tournee de Richard Clayderman; meme si ce dernier se retrouve en bonne place dans le rayon musique classique de certains bons disquaires paulistanos et qu a priori il serait plus desire du fait de cette notoriete.

Pour en revenir a la reprise faite par Jean Guidoni, oui ce fut pour moi une excellente suprise de decouvrir ton petit tresor.
Chose etrange, je ne me souviens pas qu ils en aient parle sur la liste qui lui est consacree, et dont je suis un lecteur regulier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Lun 23 Juin - 11:31

Merci beaucoup pour ce long et très savoureux témoignage ! Wink

PS : en effet, Guidoni n'a jamais parlé de "La maison morte" sur son Myspace. Par contre, il m'a glissé ce mot ci sur mon blog :
Blog Myspace sur "La maison morte" (lire le 1er commentaire !)
Revenir en haut Aller en bas
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Mar 21 Déc - 19:30

Tiens depuis ce matin j'écoute en boucle les deux premiers extraits de l'album de Juliette. J'adore son humour et ça façon de dire les choses.


11 – «The» Single
1
J’ai écrit une chanson et pour tenter ma chance
Un single suffira, j’ai du talent je pense
Et puis mon manager supervise l’affaire
Mon look, mon univers et mon plan de carrière…

Mon texte est trop génial et très provocateur
Pour le défendre c’est bien que je sois un peu Beur
La crédibilité c’est ça qu’on aime maint’nant
C’est assez consensuel ça rassure les parents.

Un peu de révolte n’est pas la révolution
Mais écoutez plutôt ce que dit ma chanson :

Qu’il est bon de savoir que tout l’monde fait c’qu’il doit
Le bébé fait areuh, la commère fait blabla
Le canard fait coincoin le coucou fait coucou
Et notre coeur fait boum, quand l’ jupon fait froufrou !

2
Il faut soigner mon look ca c’est indispensable
Je suis ronde et alors, je trouve ça formidable !
Bousculer les clichés tendance irrévérence
Maintenant que Gossip a fait jurisprudence!

Au niveau de mon style, il faut que ça arrache
Tout en gardant quand même un petit côté trash !
Qu’on voit mes origines sociales et culturelles
Surtout bien maquillée, avec des porte-jarretelles

En Vivienne Westwood de la tête aux talons
Et voici maintenant ce que dit ma chanson :

Qu’il est bon de vouloir c’que tout l’monde veut déjà
La porsche fait vroum vroum, le cheval tagada
La photo fait clic-clac, l’iphone fait dring dring
La braguette fait zip, la rolex fait bling bling

3
Les Inrocks salueront tout au long de leurs pages
La diva du mainstream la pop star pas si sage !
J’irai sur les plateaux parler de ma musique
De l’électro-pop-chic à tendance acoustique

Un peu d’anglais par ci, de franc parler par là
Prime time, play list, people, fuck off et caetera
Je citerai des noms en bonne intellectuelle
Parlerai de Deleuze à la une de Elle

(Si le titre cartonne, on le remixera
A Bollywood et par Dj Zarathoustra)

Qu’il est bon de savoir que tout l’monde se sent bien
Le couplet fait crin-crin et le refrain tsoin tsoin
Le clavier fait clic-clic et la porte fait slam
Quand le vent fait du buzz les goinfres font miam miam

4
Une fois qu’je s’rai lancée, je f’rai de l’humanitaire
Et je me montrerai citoyenne solidaire
En offrant mon soutien militant sur Facebook
Pour l’adoption massive des gosses du Pernambouc

Je serai lumineuse pour les paparazzi
Un peu Lady Gaga et un peu Lady Di
Une célébrité pleine de contradictions
Mais qui n’oublie jamais de vendre sa chanson :

Qu’il est bon de redire ce dont tout l’monde se doute
Le chagrin fait snif snif et le mépris fait prout
les fusils font panpan les pompiers font pinpon
Et quand le loup fait hou, les moutons font ronron
Petit patapon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Ven 3 Fév - 16:25

Puisque ce soir je vais me régaler de Juliette au Chatelet et que comme modeste citoyen, je serais de retour pour voter, après un voyage à São Paulo, voici un médicament que precrist Juliette sur le site de l´hebdomadaire Telerama.
Pour les lecteurs non français de ce site, naturellemet pas trop au fait du nom de nos candidats, tous les composants sont á base de personnages déclarés ou en voie de l´être en ce qui concerne notre président actuel.



Médicament quinquennal de remise en forme de la Nation

Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament
Elle contient des informations importantes sur votre traitement.
Ou plutôt sur ce qu’il deviendra...

COMPOSITION :
Paracétamol Hollandais ............................. 26 mg
Sarkozyne Tremulans................................. 22 mg
Lepenite Marine.......................................... 20 mg
Camomilla Bayrouensis ............................. 12 mg
Mélenchonite Vituperans ........................... 10 mg
Jolycine Verte (Bio) ..................................... 8 mg
Excipients QSP ........................................... 2 mg
(Boutinime, Villepinite, Poutousine, etc...)

PRECAUTIONS D’EMPLOI :
L’utilisation de ce médicament est prohibée pour les mineurs de moins de 18 ans
Réservé aux citoyens français inscrits sur les listes électorales
Pour que la pilule ne soit pas trop amère, prévoir désillusion et promesses non tenues.
L’usage de l’alcool et autres substances euphorisantes n’est conseillé qu’en cas de victoire de votre camp.
En cas d’intolérance à l’un de ses composants, votez utile dès la première partie du traitement.

POSOLOGIE :
Un seul bulletin dans l’urne par personne le 22 avril.
Renouveller le traitement en version édulcorée quinze jours après.
En cas d’insuffisance de résultats, demander à votre médecin le médicament suivant :
pour éventuellement ré-équilibrer le traitement.

EFFETS INDÉSIRABLES :
Les effets indésirables peuvent durer cinq ans. Récession, austérité, baisse de moral réactions allergiques de type éruption populaire, chute de pression artérielle, Soyez prudents.
En cas de grossesse, pensez à l’avenir de vos enfants. Choisissez bien !


L’usage de ce médicament n’est pas obligatoire mais fortement
conseillé pour tous les citoyens en âge de voter.

Ne pas utiliser après la date de péremption figurant sur le Code Electoral.


PCC : Juliette Noureddine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Mer 25 Sep - 12:28

Comme Juliette sort son nouvel album, avant de retourner à Sao Paulo je vais me régaler de ses promotions radiophoniques et télévisées.
Je ne chercherais jamais à comparer l'écriture des meilleurs auteurs de chansons brésiliens et français, je sais juste ce qui peut me toucher immédiatement.
Voici une petite robe noire qui est pour moi de la "Haute couture"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krakou
Novice


Nombre de messages : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Jeu 13 Fév - 15:15

Vue hier soir au Casino de Paris, elle est fantastique sur scène (n'en déplaise au journaliste pisse-froid du Monde qui n'aime pas les chansons sur les crottes de nez, d'ailleurs "J'ai peur que mon ode au mucus / Ne fasse pas consensus" dit-elle !).

Elle a repris un choro pour lequel elle a écrit des paroles en français, mais je ne le retrouve pas dans sa discographie, ça vous dit quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zanzibar
Maître


Nombre de messages : 876
Age : 61
Localisation : Montreuil sur Gliese
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Jeu 13 Fév - 20:21

Si je ne me trompe pas la réponse a été donnée par le Centre de Recherches consacré à Juliette Nour par Chap qui fait partie de l'équipe.
Cette chanson a été interprétée par Rose Maria, qui était l"épouse de Henri Leca pianiste de Charles Trenet vers 1945. L'accompagnait-il lors de ses passages au Brésil en 1947, ça je n'en sais rien. Si oui ceci pourrait expliquer l'idée de cette chanson en découvrant sur place la musique brésilienne ou alors était-ce dans l'air du temps. De plus ça ne dit pas qui est le parolier ( à l'imagination débordante mais pas du tout spécialiste du Brésil) ni si il était le musicien.

Donc voici le texte dont j'ai fait un copié-collé

Il écoutait Cavaquinho
C'était à Saint Barbarina
Il s'ennuyait au casino
En sirotant un quinquina
Il aperçut Anna
Devant un Cinzano
Elle portait de grands anneaux
Comme une vraie Gitana
Il lui chanta Cavaquinho
Car pour chanter cet air, on n'a
Pas besoin d'imiter Tino
Ou d'être une prima dona
Et elle fredonna
Sans être soprano
Ce doux refrain qui les unit : Cavaquinho !

Elle apprit que Cavaquinho
Naquit dans une île inconnue
Dont le nom se termine en o
Et qu'il n'avait pas retenu
Les filles demi-nues
Qu'on nomme "Vahinés"
Le chantent à longueur de journées
Sur le grand bleu de la nue
Mais de cette île abandonnée
Où l'on n'aborde qu'en canot
Dont les palmiers sont inclinés
Sur le miroir d'une pleine eau
Un jour, Cavaquinho
S'enfuit en vol plané
Avec le rythme et le parfum d'où il est né

Il lui dit : Ça se danse ainsi
Un deux, un deux, un deux
Il crut bon d'ajouter aussi
Vous apprenez vite !
- Merci !
Comment donc appelez-vous ça ?
- C'est la samba ! Ha ha !
Il fallait le dire tout d' suite !
La samba, je n'ai toujours dansé que ça !
Il dit : Je m'appelle Bruno, ho ho !
Et moi Anna
Déjà vous me plaisez, Bruno
Déjà je vous aime, Anna
Ils s'en allèrent à Hono-
-lulu, Anna et lui
Ils partirent le soir même
Pour danser Cavaquinho toutes les nuits

C'est prodigieux Cavaquinho
Il suffit de le fredonner
Ça fait marcher les cheminots
Ça fait dormir les nouveau-nés
Même les Japonais
Disent Cavaquinho
Pour surprendre en catimini
Une belle en kimono
Je me souviens d'avoir connu
Une enfant brune au frais minois
Qui répétait Cavaquini
Et qui le savait en chinois
Vous voyez maintenant
Qu'on ne peut s'étonner
Que tout le monde se mette à cavaquiner

Comme ils n'étaient qu'accoquinés
C'est quand il lui passa l'anneau
Qu'à tout jamais fut couronné
L'amour d'Anna et de Bruno
Elle s'était donnée
Il lui donna son nom
Bien sûr, elle n'a pas dit non
Mais elle était étonnée
C'est donc grâce à Cavaquinho
Que nos amis se sont unis
Ils s'aiment comme deux moineaux
Comme deux moineaux dans un nid
N.I. ni, c'est fini !
Ce n'est pas très finaud
Mais c'est cela Cavaquini Cavaquinho
Cavaquinho !


Sur le site "La farandole des chansons" on trouve sous le titre "Toute l'ambiance tropicale des années 1950, écoutons Rose Mania avec l'orchestre de Henri Leca " l'interprétation de cette chanson et un bon article.
Reste au final, la question "Juliette". Comment a t'elle trouvé ce titre ? Pour illustrer un thème d'une émission qu'elle présentait sur France Musique il y a quelques années, ou parce qu'elle connait bien l'œuvre de Francis Blanche ( qui a travaillé avec Henri Leca) dont elle a déjà repris un titre sur un autre album " La tyrolienne haineuse". Celui-ci pendant la guerre l'avait composé contre Hitler. Peut être des éclaicissements une autre fois.

Lorsque sans parti pris
On établit le bi-
-lan d'l'humani-
-té d'aujourd'hui


Eh bien limpide comme
Un clair de lune et lu-
-mineux comme un clerc de notaire
C'est pas d'sitôt qu'les hommes s'ront frères
Et qu'malheureusement au contraire


Nous vivons à présent
Sous le signe affligeant
De la haine et d'ses affluents


C'est triste et déprimant !


Y a de la haine partout
Y a d'la haine tout autour de nous
Surtout partout où
Tout se passe par en d'ssous


De mémoire de grincheux
Jamais dans les yeux
On n'vit tant d'regards haineux


Ah y en a t-y, y en a-t-y
De cette haine qui
Sous les esprits qui
Perdent le sens d'la fraterni-
-té et ainsi
Suit l'altruisme aussi


Hélas hélas l'altruisme est foutu
Et c'est couru
Y a pas plus d'altruiste
Que de beurre au r'bus


Y a plus que d'la haine
Si bien que dans l'pays
Bientôt tout le monde sera haï


L'haï l'haï l'haï ti
L'haï l'haï l'haï ho
L'haï l'haï l'haï ti
L'haï l'haï l'haï ti


Mais là où la chose se complique
Et d'vient tragique
C'est qu'la haine devient pour chacun
Une espèce de besoin
Que d'authentiques sagouins
Entretiennent de près comme de loin


Y a d'la haine de toutes les nuances
D'la haine standard ou d'circonstances
Y a d'la haine de mouton pour les haineux d'salon
Et de la grosse laine de confection


Mais de toutes les façons :


Y a trop de haine oui y a trop de haine
Et y a trop d'haineux
Ca tourne au scabreux
Et au scandaleux
Car certains haineux
En arrivent même entre eux
A s'traiter de tête d'haineux


C'est un cercle vicieux
Car quand un haineux
Hait un autre haineux
Celui qui hait est aussi
Par l'autre haï
De même que celui
Qui est haï haïssant
Celui dont il est haï
Chaque haï donc est
Un haï qui hait
Ce qui fait qu'en fin d'compte
On peut voir comm' ça
L'haï ici et l'haï là.


L'haï l'haï l'haï ti
L'haï l'haï l'haï ho
L'haï l'haï l'haï ti
L'haï l'haï l'haï ti


Et voilà c'est comme ça
Oh bien sûr y a pas
Non y a pas d'quoi
En signe de joie
Se passer les paupières à la crème de chester
Avec une tringle à rideau d'fer


Y n'reste plus qu'une seule chose à faire
C'est d'rassembler par toute la terre
Tous les hommes généreux
Qui d'un coeur valeureux
Haïssent la haine et les haineux


C'est ce qu'il y a de mieux !


Hardi donc allons-y
Roulez tambours
Et sonnez trom-
-pettes et hélicons
Sus à ceux qui suent
La haine par tous les pores
Et qui s'font un sport
D'haïr de plus en plus fort.


A bas la haine et les haineux
Ainsi qu'ceux
Qui hurlent avec eux
Assez de haine assez d'gens
Qui passent leur temps
A haïr bêtement


Si nous tenons bientôt nous
En viendrons sûrement à bout
La confiance alors
Mettra l'monde d'accord
Et l'on s'ra content d'voir alors
Les hommes d'à présent
Dev'nir de plus en plus con-
-fiants.


Haine par ci
Haine par là


Ah, y en a-t-y d'la haine
Ici-
-bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bs75
Novice


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 21/02/2014

MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Ven 21 Fév - 5:17

Oui, une artiste hors-norme. Mais peut-on quand même dire que son dernier album est un peu en dessous de la qualité des précédents ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krakou
Novice


Nombre de messages : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   Ven 7 Mar - 13:50

zanzibar a écrit:
Si je ne me trompe pas la réponse a été donnée par le Centre de Recherches consacré à Juliette Nour par Chap qui fait partie de l'équipe.
Cette chanson a été interprétée par Rose Maria, qui était l"épouse de Henri Leca pianiste de Charles Trenet vers 1945.[/i]

Merci ! Grâce à toi j'ai trouvé la compilation Frémeaux sur laquelle figure cette chanson :
AMOUR BANANES ET ANANAS 1932 - 1950 / ANTHOLOGIE DE LA CHANSON EXOTIQUE

En fait j'ai fini par reconnaître la mélodie : il s'agit de celle de "Apanhei-te, cavaquinho", d'Ernesto Nazareth
Plus d'infos là : http://choro-music.blogspot.fr/2008/06/apanhei-te-cavaquinho.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Juliette Noureddine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Juliette Noureddine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Juliette
» Juliette parle de Mylène Farmer
» Juliette Benzoni
» Roméo et Juliette ( Gounod )
» Romeo et Juliette de Gounod

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du Brésil :: Autres sujets :: Autres sujets-
Sauter vers: